Les Alliances françaises : un réseau formidable. Formidablement délaissé.

La répartition des Alliances Françaises dans le monde. D’après la Fondation des Alliances Françaises.

   L’Arche des alliances françaises part à la dérive. Tel le bateau ivre de Rimbaud, voguant cahin caha sans capitaine ni cap, sur une mer houleuse d’austérité dont le creux des vagues des plans d’ajustements budgétaires menacent de l’envoyer par le fond.. A cette vitesse, l’esquif devenu bien frêle s’échouera sur les récifs de la médiocrité de notre politique diplomatique. Au grand dam de ces marins que sont nos diplomates.

Discrètes mais efficaces, les Alliances françaises accomplissent chaque année un travail de fourmi remarquable pour le rayonnement français. Il s’agit d’association privée à but non lucratif. Elles sont autonomes et de droit local. Néanmoins, elles ont toute leur part au mouvement dit de la « Fondation des Alliances Françaises. »

Leur particularité est d’être massivement administrée par des bénévoles locaux. Souvent ce sont d’ailleurs eux qui ont demandé la création d’une Alliance afin de promouvoir le français, l’enseignement en français et instituer une sociabilité francophone à l’étranger. Cette souplesse de fonctionnement en fait le premier pilier de notre réseau culturel. D’autant plus que la demande est forte.

   Des français de l’étranger ou des étrangers francophiles animent l’Alliance. La principale activité est d’organiser des cours de français en particulier pour les enfant de français qui n’ont pas toujours la possibilité de fréquenter les Lycée français, concentrés dans des grandes villes et parfois difficile d’accès. Or, ces ultimes recours pour bien des petits français ou d’enfants de francophiles sont aujourd’hui délaissés voire même sacrifiés devant les adorateurs du Veau d’Or et leurs mesquins calculs mercantiles qui font passer dans la courbe des pertes et profits le rayonnement culturel de la France.

Alliances img2

L’Alliance Française de Dublin. La France est présente dans presque tous les pays du monde par ces Alliances.

Seules 400 Alliances sur les quelques 812 dans le monde bénéficient d’un soutien du ministère des affaires étrangères. Souvent, les bénévoles sont laissés à eux même et reçoivent un soutien tant financier que logistique grandement insuffisant. Dans ces alliances sans alliés, tout pose problème : local, administration et organisation des activités.

   Le ministère des Affaires Etrangères ne cesse de se désengager de ces véritables poumons de la francophonie. Entre 2010 et 2013, les crédits du ministère ont diminué de 13.5% et on accuse une suppression sèche de 20 postes. Il n’y a pas plus sure façon de stériliser ce formidable humus francophile que d’une part abandonner toute tutelle ou tout soutien du ministère afin de cadrer les opérations des Alliances et d’autre part en asséchant financièrement ces structures. Le mot d’ordre est donné : il faut étrangler les Alliances françaises.

Néanmoins, leur bonne gestion interne et leur caractère privé ont permis de multiplier les sources de financement. Finalement, les Alliances progressent. Elles progressent alors que partout sur la planète, des structures similaires d’autres groupes linguistiques déclinent. Ainsi, l’implantation dans le monde du British Council a reculé de 13.6%, celle du Goethe Institut enregistre un recul de 23.6% et enfin, les Instituts Français voient leur implantation reculer de 31.9% alors que les Alliances françaises progressent de 8.2%. La bonne gestion seule ne l’explique pas, cela traduit aussi une forte demande dans le monde d’apprendre et de connaitre le français. En dépit de la vassalisation de notre pays et des forfaitures déshonorantes de nos dirigeants, le français, la culture française et l’histoire de France exerce encore un attrait perceptible dans de nombreux pays du monde qui se traduit par des volontés d’animer les Alliances.

   Le réseau culturel français est le premier du monde grâce aux Alliances françaises qui sont partout sur la planète. Les perspectives de succès d’une grande politique de rayonnement culturel qui intégrerait pleinement l’action des Alliances Françaises sont fortes. Les résultats pourraient être démultipliés et notre influence culturelle dans le monde renforcée. La construction d’une symbiose entre les Alliances Françaises d’une part et les Instituts français d’autre part est sans doute ce qui confirmera le statut de la France comme grande puissance culturelle capable de concurrencer la culture anglo-américaine.

Alliances img3

Apprendre et faire apprendre le Français aux étrangers : une noble vocation pour nos Alliances Françaises.

Nous devons rénover l’Arche d’Alliance. Il doit être la cheville ouvrière de notre politique d’influence tant cet Arche possède le potentiel pour vivifier un réseau malheureusement de plus en plus délaissé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *